M. Fabrice Moulin

Enseignant-chercheur / Enseignante-chercheuse

Fonction

Maître de Conférences en littérature française du XVIIIe siècle et littérature et arts. Responsable des relations avec les lycées et CPGE. Co-organisateur du séminaire « Espaces, écritures, architectures », Université Paris Nanterre / ENSA Paris-Malaquais.

Discipline(s)

Lettres modernes

Disciplines enseignées

Littérature française du XVIIIe siècle
Littérature et arts

Thèmes de recherche

- Littérature et esthétique
- Représentations et imaginaire de l'architecture

Curriculum Vitae



  • Ouvrages:

Embellir, bâtir, demeurer: l'architecture dans la littérature des Lumières, Paris, Classiques Garnier, coll. "l'Europe des Lumières", 2017. 

(Ouvrage adapté d'une thèse de doctorat, sous la direction du Pr. Pierre Frantz. Université Paris-Sorbonne. Prix Louis Forest de la Chancellerie des Universités, 2011.)




  • Articles: 
2019 - « Le péristyle et l'obstacle Remarques sur une esthétique du regard chez La Font de Saint-Yenne », dans FLorence Ferran, Fabrice Moulin et Elise Pavy Guibert (éd.), Publier sur l'art, l'architecture et la ville: La Font de Saint Yenne et l'ambition d'une oeuvre, dossier des Diderot Studies, n° 36, Genève, Droz, 2019, p. 267-283.

2018 - « Bâtir à l’antique ou écrire à l’antique. La présentation du théâtre de Besançon dans
L’Architecture considérée... de C. N. Ledoux », Les Arts du spectacle et la référence antique, Paris, Classiques Garnier, coll. "Le dix-huitième siècle", p. 275-288.

- "L’orgie sans la dissertation : le statut du discours philosophique dans les Cent vingt journées de Sodome", dans Colas Duflo et Fabrice Moulin (éd.), Sade, roman et philosophie, Revue Littérales, Presses universitaires de Nanterre, [à paraître]

2016 - « Citadelle assiégée, citadelle assaillie: architectures et écritures de la retraite dans le roman sadien", Dix-huitième siècle, n°48, 2016, p. 215-227.

hal.archives-ouvertes.fr/hal-01410409v1

2015 -  « L’espace commode du libertin : Les mutations des intérieurs aristocratiques dans les traités d’architecture et le roman libertin des Lumières », Romantisme, n°168, 2/2015, p. 29-38.

Les Lumières ont inventé l’espace bourgeois dans sa double dimension de sphère publique et de sphère intime. Paradoxalement, cette dernière s’élabore en partie au coeur même des lieux de l’aristocratie de cour, dans les replis de la distribution raffinée des appartements de commodité de l’hôtel particulier. Cette brèche ouverte au coeur de l’espace aristocratique – qui traduit une crise profonde de l’idéologie de cour – nous en cherchons les traces dans les contradictions du discours des traités d’architecture et dans leur transfiguration littéraire. Les intérieurs du roman libertins, en infléchissant toujours plus les révolutions de l’architecture privée dans le sens d’une fonctionnalisation et d’une « commodisation » croisent et préparent à la fois, dans un étrange jeu d’échos, les confortables intérieurs bourgeois qui triompheront dans les moeurs et l’imaginaire du XIXe siècle.


- ""L'amour égalisait tout": l'unité du décor des intérieurs libertins du roman des Lumières", L'unité du décor: concept et réalité d'une expérience esthétique au siècle des Lumières, Etudes sur le XVIIIe siècle, Editions de l'Université de Bruxelles, 2015 [à paraître]

hal.archives-ouvertes.fr/hal-01410410v1

2014 - "Bâtir aux champs: la figure du propriétaire dans l'épître champêtre à l'époque des Lumières", Le siècle pastoral, Revue Fontenelle, PURH, 2014.

hal.archives-ouvertes.fr/hal-01410412v1

2012 - « Du modèle théorique au motif imaginaire : la cabane primitive », in Christophe martin (éd.), Fictions de l’origine (1650-1800), Presses universitaires de Nanterre.

 

On s’attache à montrer que la cabane primitive, théorisée à nouveaux frais en France par l’abbé Laugier, doit en grande partie son succès (elle devient un objet incontournable du débat esthétique des Lumières) au fait qu’elle s’adresse, au-delà d’enjeux purement théoriques, à l’imaginaire. La hutte primitive incarne le point d’articulation entre le règne naturel et l’ordre humain. A ce titre, elle est un motif (motif romanesque, motif poétique) qui structure l’imaginaire des rapports entre l’homme et la nature et alimente les rêveries nouvelles sur le paysage.
 

 2008 « La ventriloquie de l’architecte : énonciation et esthétique dans l’Architecture… de C.-N. Ledoux », in Ledoux, l’utopie, la ville, Actes du colloque international à la Saline Royale d’Arc-et-Senans (25-27 octobre 2006), Les Cahiers de la MSH Ledoux, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2008.

 

Cet article développe deux hypothèses : 1) la puissance poétique du texte de C.-N. Ledoux, souvent célébrée, repose avant tout sur l’originalité de son dispositif énonciatif, caractérisé par une pluralité de voix (le voyageur, le guide et l’architecte-écrivain). 2) ces choix narratifs et énonciatifs s’expliquent par des considérations esthétiques. En variant les positions et les identités, ces choix d’écriture permettent une réflexion sur la production et la réception de l’œuvre architecturale, et dessinent, non sans un certain brouillage, la figure de l’artiste total que cherche à incarner Ledoux.
 

 2006 - « Les « mauvaises formes » ou la critique du rococo dans deux articles de Charles-Nicolas Cochin », Orages, Littérature et culture 1760-1830, « Formes errantes et vagabondes. Variations sur l'informe », n°5, mars 2006.

Il s’agit de lire ensemble deux articles satiriques de Cochin dans le Mercure de France, trop souvent considérés isolément (une Supplication aux orfèvres… et une Lettre à M. l’abbé de R. sur une très mauvaise plaisanterie…). C’est pourtant de leur structure dialoguée (une attaque satirique / une défense parodique du rococo ; une adresse aux différents « Artistes » / une réponse « d’Architecte ») que la critique tire toute son efficacité, notamment pour dénoncer la confusion des formes et le brouillage des arts entre eux.

 

- « L'architecte et l'amateur : Les Belles-Lettres dans le Cours d'architecture civile de J-F Blondel (1771-1776) », in Pierre Hyppolite (éd.), Architecture, littérature et espaces, Limoges, PULIM, coll. « Espaces humains », 2006.

 

A travers l’exemple d’une vulgarisation réussie de la discipline architecture (l’exemple du Cours de J.-F. Blondel), nous étudions les rapports entre architecture et littérature dans le contexte de la pédagogie de l’architecture. Ce croisement entre les disciplines peut se lire selon deux points de vue complémentaires qui correspondent aussi à deux figures de destinataire construites par le Cours : celui de l’amateur éclairé et celui de l’architecte honnête-homme.

 

2001 « Les trois formes du contrat dans La Nouvelle Héloïse », l’Information littéraire, n°1, Janvier 2001.

 

Cet article se penche sur le rôle décisif de la notion de contrat (motif essentiel de la philosophie de Rousseau) dans l’économie générale et la stratégie romanesque de la Nouvelle Héloïse. En figurant un modèle idéal de sociabilité fondé sur les principes d’exigence morale et de réciprocité, le pacte permet d’exalter les liens entre les personnages et de célébrer leur parcours : d’abord mise en scène de la fidélité (c’est l’amour et l’amitié), le pacte devient une étape, une épreuve au cœur d’une dialectique vertueuse (c’est le mariage) ; enfin, il incarne à Clarens l’horizon indépassable de l’existence sociale régénérée.

  • Direction d'ouvrages:  
2019 - FLorence Ferran, Fabrice Moulin et Elise Pavy Guibert, Publier sur l'art, l'architecture et la ville: La Font de Saint Yenne et l'ambition d'une oeuvre, dossier des Diderot Studies, n° 36, Genève, Droz, 2018  

2018 - Fabrice Moulin, Elise Pavy-Guibert et Pierre Wachenheim (éd.), Les lieux de l'art, Dix-huitième siècle, n° 50, Paris, éd. de la découverte, 2018.

  • Travaux d'éditions critiques:
2017 - Annotation critique des articles "ARCHITECTURE" et "ARCHITECTE" de Jacques-François Blondel dans l'Encyclopédie, sur le portail de l'Edition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie, http://enccre.academie.sciences.fr

enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/page/v1-p689/
enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/page/v1-p688/

- Notice d'autorité: « Jacques-François Blondel (1705-1774) », Les collaborateurs de l'Encyclopédie, Edition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie, enccre.academie.sciences.fr (04-09-2015).



 

Corps

MCF

Mis à jour le 09 mai 2019