Séminaire Forme et Evolution

Publié le 26 mai 2010

L'Ecole doctorale 139 annonce la tenue les 3 et 4 juin 2010 de son séminaire doctoral pluridisciplinaire "Forme et Evolution", en partenariat avec l'ED 227 (Muséum national d'histoire naturelle) et l'ED 435 (AgroParisTech).

Objectifs du module

Ce module est organisé pour la troisième année consécutive. Il est destiné à renforcer la formation scientifique pluri-disciplinaire des doctorants, selon l'esprit qui anime l'Ecole doctorale 139 Connaissance, Langage et Modélisation. Rappelons que celle-ci rassemble, et parfois hybride, aussi bien des disciplines des sciences humaines que des disciplines relevant des sciences « dures » : Esthétique, Ethologie, Information & Communication, Mathématiques, Philosophie, Psychologie, Sciences de l'Education, Sciences du Langage, Sciences physiques & Sciences de l'ingénieur, Sport.

L'Ecole Doctorale 139 s'est en outre fixé parmi ses missions essentielles l'encadrement scientifique et le suivi pédagogique des doctorants ; mais aussi d'instaurer les conditions de l'acquisition d'une culture pluridisciplinaire et de compétences diversifiées. Le module transversal traduit cette volonté de l'ED 139, par une collaboration suivie avec deux ED rattachées à de grandes institutions scientifiques parisiennes.


Thème du module 2009-2010

Le terme évolution a deux sens : si aujourd'hui, évolution signifie la transformation des espèces, ce n'est pas le cas au XVIIIe siècle, où evolutio désigne le développement d'un germe préexistant, qui se déroule. Les historiens des sciences se sont demandé si les deux sens étaient liés l'un à l'autre. Cela aurait comme implication, par exemple, de penser la transformation des espèces comme le développement d'un individu. Ce fut le cas par exemple dans plusieurs théories pré-darwiniennes (comme les Vestiges de la Création de Robert Chambers, parus en 1844). De ce point de vue, la théorie de l'évolution par sélection naturelle de Darwin constituerait une rupture, même si certains historiens ont suggéré, de manière provocatrice, qu'un tel rapprochement était encore pertinent dans l'Origine des espèces (cf. Robert Richards, The Meaning of evolution).

Cette question sera tout particulièrement l'objet de la première journée du module se déroule au Muséum national d'histoire naturelle.

La seconde journée, organisée à Nanterre, a plus particulièrement pour thème la prise de forme, ce qu'on pourrait appeler, non sans ironie, les théories du « bodybuilding ». Dans ce cadre, sera menée une réflexion pluridisciplinaire sur la construction des corps : non seulement sur les pratiques (sport, chirurgie esthétique, transsexualité), ou sur le « souci de soi » dont ces pratiques témoignent ; mais plus généralement sur la nature des corps qui sont nôtres, au croisement de la biologie et de la société. Nos corps sont construits mais jusqu'où s'étend la construction des corps ? qu'est-ce qu'un corps « naturel » ? Depuis que Judith Butler a mis ce thème en avant dans Trouble dans le genre (1990), on considère parfois que la distinction entre sexe et genre, entre le biologique et le social, ne tient pas : parce que ce que la biologie traite comme le corps naturel est en réalité, de toutes parts, informé de représentations sociales. Cette rencontre pluridisciplinaire sera l'objet de discuter ces positions.

Mis à jour le 26 mai 2010