• Publication (fiche article uniquement),

La démocratie européenne à l’épreuve des changements économiques et sociaux, XIXe – XXe siècle

Publié le 13 janvier 2012 Mis à jour le 12 mai 2017

Actes du colloque international de la Maison de l’Europe Contemporaine (Université Paris Nanterre) Florence, 25-26 juin 2007 - Sous la direction de Francis Démier et Elena Musiani.

L'Europe qui s'est construite après le Second conflit mondial, a eu comme objectif de garantir la démocratie et d'assurer la paix entre les nations. Mais elle a voulu ajouter à la démocratie politique une démocratie sociale susceptible de faire reculer les traits négatifs du capitalisme.

Le colloque à l'origine de cet ouvrage a voulu mener à bien l'analyse des transformations imposées à cette Europe par les politiques de lutte contre l'inflation dans les années 1980, puis un peu plus tard par les contraintes de la mondialisation des marchés. Au terme de cette évolution, le contenu du modèle défendu par les pères fondateurs a profondément évolué. La première phase de la construction européenne s'était définie par l'ambition d'un haut niveau de protection sociale, le développement de l'emploi, la force renouvelée des syndicats et des partis politiques susceptibles de donner du crédit aux mécanismes de l'alternance des majorités politiques. En un quart de siècle ce modèle européen élargi désormais à 27, a changé de visage : mobilité et flexibilité du travailleur, dérégulation des marchés, inégalité plus forte des revenus, prise en compte privilégiée des actionnaires dans le partage de la plus-value, endettement des Etats. Cette métamorphose de l'Europe accompagnée du fait que, continent d'émigration, l'Europe est devenue un espace de forte immigration, a réveillé d'anciennes revendications nationales, mais aussi celle des régions et rendu plus incertaine l'identité de l'Europe elle-même. Au-delà s'est manifesté progressivement un déficit démocratique de l'Europe illustré par la disharmonie des mécanismes de la décision entre le niveau national et le niveau européen, mais aussi par l'affaiblissement des formations politiques susceptibles d'apporter des réponses aux revendications des peuples européens.

Francis Démier, ancien élève de l'Ecole normale supérieure est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris Nanterre. Il a publié dernièrement : La France du XIXe siècle (aux éditions du Seuil, 2000) ; Les maux et le soins. Médecins et maladies dans les hôpitaux parisiens du XIXe siècle (à l'Action artistique à la ville de Paris, 2010) et La France de la Restauration, l'impossible retour du passé (Gallimard, 2012).

Elena Musiani est docteur en Histoire contemporaine de l'Université de Bologne et chargée d'enseignement à l'Université de Bologne. Sa recherche porte sur l'histoire de la ville et l'histoire des femmes au XIXeme siècle. Elle a publié Da una strada alla città. Il volto di Bologna nell'Ottocento, edition del Museo del Risorgimento, Bologne, 2002 ; Circoli e salotti femminili nell'Ottocento. Le donne bolognesi tra politica e sociabilità, Bologne, Clueb, 2003 et Famiglia e potere a Bologna nel lungo Ottocento: i Pizzardi, Biblioteca de L'Archiginnasio, serie III, n. 10, con inventario a cura di Patrizia Busi, Bologne, 2011.

Mis à jour le 12 mai 2017