• (Présidence) L'université vous informe,

Communiqué du Président : Relancer l’université

Publié le 14 juin 2018 Mis à jour le 14 juin 2018

Message du Président en date du vendredi 14 juin.

Date(s)

le 14 juin 2018

Chères et chers collègues,
Chères étudiantes, chers étudiants,

Le conseil d’administration, à une très large majorité, nous avait mandaté le mois dernier afin d’obtenir la fin de l’occupation des salles du bâtiment Clémence Ramnoux. Cette fin d’occupation est désormais acquise et effective, et je suis très heureux que nous l’ayons obtenue, pacifiquement et dans le dialogue.

J’ai pu constater, lors de mes nombreux échanges tout au long de ces semaines avec les étudiant·e·s et avec les personnels administratifs et enseignant·e·s , qu’ils soient opposés ou non à ce mouvement, que notre communauté, à l’issue de cette période, avait été fortement ébranlée. S’il est probable que nous resterons durablement marqués par ces semaines éprouvantes, je souhaite que nous puissions aussi au plus vite renouer les liens défaits, et retrouver la voie d’une démarche partagée, autour de lignes directrices claires.

J’ai aussi pu mesurer l’extraordinaire dévouement de chacune et chacun afin de nous permettre de poursuivre l’accomplissement de nos missions de service public en dépit de nos difficultés. Je tiens à remercier très sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont su conserver leur calme, qui ont pris leur mal en patience, et qui ont toujours œuvré pour que l’université continue à être le lieu de formation, de recherche et de vie collective qu’elle ne doit jamais cesser d’être.

Le dialogue que nous avons engagé, par-delà les divergences parfois très importantes entre nous, doit se poursuivre et connaître des traductions concrètes.

L’université de façon générale, et la nôtre notamment, s’est fortement transformée ces dernières années, sous l’effet de lois successives et d’une accélération des changements de contexte socio-économique et international pour les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

A ce moment précis, il me semble opportun, alors que nous déposerons à l’automne 2018, auprès du Haut conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, le projet de l’université pour les années 2020-2024, de mener une réflexion collective qui permettra à toutes et à tous de faire un diagnostic, et de formuler des propositions pour que notre établissement remplisse encore mieux ses missions dans les années à venir.

C’est la raison pour laquelle, ainsi que je l’ai annoncé, nous allons lancer une plateforme collaborative des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’Université Paris Nanterre. Elle sera officiellement ouverte aux contributions à partir du 11 juillet, jour où seront réunis les trois conseils centraux (CFVU, CR, CA) en congrès ouvert. Ce congrès sera également l’occasion de faire un premier bilan sur la mise en œuvre de Parcoursup et des dispositifs prévus dans la loi Orientation et réussite étudiante, afin de préparer l’année à venir sur la base d’un constat partagé. Ce dernier permettra d’ouvrir des pistes d’amendement de la mise en œuvre de la loi au niveau de l’établissement et au niveau national.

L’un des points essentiels concernera évidemment les moyens. Depuis 2012, j’ai constamment souligné les insuffisances de financement des universités françaises en général, et SHS tout particulièrement, et j’ai été cette année l’un des premiers présidents d’université à alerter publiquement sur les enjeux des moyens dans le cadre de la réforme de l’accès au premier cycle : les ambitions de réussite et de meilleur accompagnement des étudiant·e·s promues par la loi ne seront possibles qu’à condition que les budgets soient à leur hauteur. Est-il besoin de le rappeler ? Pour ce qui concerne Paris Nanterre, les appels à projet dont nous avons été lauréat (comme récemment les EUR et NCU, ou les appels ANR dans lesquels nous ne cessons de progresser), ne peuvent évidemment compenser le manque à gagner en financement récurrent, accumulé depuis des années.

Comme je l’ai fait récemment pour les sept postes financés qui vont être créés dans le cadre de la mise en place de la réforme, je vais continuer à m’employer pour que des financements supplémentaires nous permettent de déployer nos activités de recherche et de formation au niveau où nous sommes attendus : celui d’un des plus grands pôles de recherche en SHS, et celui d’une des universités les plus ouvertes, les plus accueillantes, les plus investies dans la réussite de nos étudiant·e·s . Et ce sont précisément les ambitions du projet que nous porterons, et que nos Assises doivent aider à dessiner, qui seront autant de points d’appui supplémentaires pour ces négociations.

Avec mon plein et entier dévouement.

Le président de l’université
Jean-François Balaudé
 

Mis à jour le 14 juin 2018