• (Présidence) L'université vous informe,

Communiqué du 18 mai 2018

Publié le 18 mai 2018 Mis à jour le 18 mai 2018

Chères et chers collègues, ​Ces derniers jours ont été ​ponctués de quelques événements que je me dois de porter à votre connaissance.

Date(s)
Le 18 mai 2018
Mercredi, nous avons demandé à la direction de la sûreté et de la sécurité incendie et à la direction logistique hygiène et sécurité de procéder à l'enlèvement des divers éléments - barrières, poubelles, tables et autres chaises - qui obstruaient l’entrée de certains bâtiments de l'université.

Dès lors que ni​ cours ni​ examens ne se tiennent sur le campus de Nanterre, comme l’a rappelé à plusieurs reprises la CFVU et comme cela a été communiqué officiellement à la communauté, le dégagement de ces entrées ​a visé à rendre ces bâtiments progressivement plus vivables pour ceux qui y travaillent et qui pâtissent du blocage depuis plusieurs semaines.

En réaction à cette opération, des étudiants ont manifesté devant le bâtiment Grappin (B). Certains d’entre eux ont forcé l’accès dans le bâtiment en défonçant la porte arrière du bâtiment Rémond (A) puis, à coups d’extincteurs, la porte entre le bâtiment Rémond et le bâtiment Grappin. Après avoir ​envahi le hall, les personnes les plus violentes (cagoulées) sont parties et des discussions ont eu lieu avec les étudiants de l’université présents. Une partie des bâtiments a été rebloquée dans la soirée et en matinée.

​Jeudi matin, nous avons constaté que toutes les cages d'escalier et issues de secours du bâtiment Ramnoux (E) avaient été obstruées, mettant ainsi en péril la sûreté des personnels et les activités du bâtiment.

Face à ce constat, un mail a été envoyé aux directions d'UFR, d’une part, et aux responsables administratifs, d’autre part, pour les alerter sur la situation et inviter les collègues à participer à un rassemblement contre ces modes d’action qui nuisent aux conditions de travail de nos collègues, et s'ajoutent aux dégradations successives de ces dernières semaines au sein des bâtiments Ramnoux et Lefebvre (D) en particulier. 150 collègues environ ont volontairement participé à cette action collective, et plusieurs d’entre eux ont personnellement contribué au déblocage des escaliers et des issues de secours.

Ce rassemblement de collègues a démontré de façon parfaitement pacifique la détermination de la grande majorité d'entre eux à voir les conditions de travail et de sécurité respectées, et à retrouver un cadre normal pour l'exercice de leurs missions au sein du campus. J’ai proposé de recevoir une délégation des occupants : elle a eu lieu le soir même, et nous espérons qu’elle pourra très rapidement porter ses fruits. Nous ​commençons en tout cas à remettre en état les lieux dégradés.

Comme je l’ai dit à diverses reprises, mon souhait est que nous passions au plus vite à une phase de dialogue ouvert où, dans un esprit d'écoute et de respect mutuels, toutes celles et ceux qui le souhaitent pourraient participer à une réflexion sur les questions soulevées par la loi Orientation et réussite étudiante et Parcoursup, et plus généralement, sur des sujets de fond: nos missions universitaires aujourd'hui, les moyens que leur accomplissement requiert, l'accueil et l'accompagnement d'un nombre croissant d'étudiants, les évolutions et expérimentations pédagogiques. Le projet d'états généraux de l’université, auxquels des personnels et des étudiants travaillent, peut fournir ce cadre. Je suis aussi tout disposé à en aider l'organisation dans un calendrier à fixer, qui pourrait se déployer entre juin et septembre. Cela sera débattu dès le prochain Conseil d'administration, prévu le 22 mai.

Avec tout mon dévouement et celui de l'équipe présidentielle,
​Jean-François Balaudé​

Mis à jour le 18 mai 2018