• (Présidence) L'université vous informe,

Information du 12 janvier - Semaine d'examens du 13 au 18 janvier 2020

Publié le 13 janvier 2020 Mis à jour le 13 janvier 2020

Chères étudiantes et chers étudiants, Les grèves de transport ont sensiblement compliqué l'accès au campus de Nanterre durant la semaine écoulée, j'en suis conscient, et je salue votre détermination, qui vous a conduit à surmonter ces difficultés pour venir passer vos examens.

Date(s)

le 12 janvier 2020

Les conseils centraux, où siègent vos élus, ont adapté le calendrier universitaire en décalant d’une semaine le second semestre. Tout décalage plus important aurait allongé la durée de l’année universitaire, avec la reprogrammation d’examens en juillet, ce que personne ne souhaite : vous êtes nombreux à avoir prévu d’effectuer un stage ou de travailler en juillet. Du reste, il était vraisemblable que les perturbations de transport ne se limiteraient pas à la semaine du 6 janvier, et le problème n’aurait pas été résolu par des décalages réitérés – sauf à empiéter sur juillet.

Les examens de la première semaine ont pu se tenir dans leur grande majorité. A la veille des examens de la seconde semaine, nous voulons rassurer celles et ceux qui s’inquiètent pour la suite de l’année : grâce à votre détermination et à celle des personnels, la tenue des examens de cette nouvelle semaine permettra de respecter le calendrier aménagé et le début des cours la semaine suivante. La bonne tenue des enseignements du second semestre, de fait, est un engagement incontournable à respecter, pour la qualité de vos formations et des diplômes qui les couronnent.

J’avais reçu lundi 6 janvier deux organisations syndicales d’étudiants pour leur expliquer ces engagements et la nécessité d’œuvrer dans la même direction.

A vrai dire, les perturbations réelles sont venues d'un groupe de bloqueurs, constitué d'étudiants de Nanterre et d'étudiants extérieurs à Nanterre, renforcés de postiers et de cheminots, prétendant initialement qu'ils s'opposaient à la tenue d'examens auxquels les étudiants ne pouvaient se rendre, ensuite qu'ils le faisaient pour contester la réforme des retraites, et toute réforme en général...

Lorsque des examens ont été annulés, c'est de leur fait. Ils ont usé de divers moyens sur lesquels je n'ai pas besoin de revenir, et que nous nous sommes efforcés de contrecarrer, car ce sont des actions illégales.

Se mobiliser contre une réforme est une chose ; instrumentaliser les examens d'une université, et donc les étudiants qui viennent les passer, en est une autre.

Les étudiants qui ne souhaitent pas composer, parce qu'ils estiment que leur mobilisation contre la réforme des retraites l'implique, sont libres d'y renoncer. Ceux qui, inversement, souhaitent passer leurs examens doivent pouvoir le faire, et être respectés par les autres : c’est leur droit le plus fondamental. Passer des examens et soutenir un mouvement social ne sont d’ailleurs pas exclusifs.

Je souhaite que la deuxième semaine d'examens qui commence ce lundi 13 janvier se déroule de façon sereine et apaisée. Le respect mutuel n'est-il pas le moins que nous puissions attendre de membres d'une même communauté universitaire ? J’ai pu observer la volonté de la plupart d'entre vous de composer la semaine dernière, et je tiens à vous faire part de mon souci constant de vous accompagner pour cela. Les équipes administratives et enseignantes, que je remercie vivement, sont également mobilisées vers la réalisation de cet objectif commun.

Avec mon cordial dévouement,

Mis à jour le 13 janvier 2020