Cérémonie doctorats Honoris Causa 2020

Discours d'ouverture du président de l'université

Publié le 10 février 2020 Mis à jour le 10 février 2020
Son excellence Monsieur Abdulqawi Yusuf,
Monsieur le Professeur Amartya Sen,

Monsieur le président,
Chères et chers VP, chères et chers directeurs, collègues,
chères et chers invités,


Soyez les bienvenus à l'Université Paris Nanterre, dans ce théâtre BMK, pour ce nouvel événement exceptionnel qui nous réunit cet après-midi !

Je suis fier et ému d'ouvrir cette cérémonie des doctorats honoris causa 2020, la dixième de l'histoire de l'Université Paris Nanterre - la troisième, et dernière, sous les mandats de président que j'accomplis !

La cérémonie de remise des doctorats honoris causa réunit la communauté universitaire et ses amis dans un rite ancien, toujours pratiqué dans la plupart des universités, pour une raison que je pense, que j'espère, être la principale : celle de marquer, à travers la distinction par ces doctorats honorifiques de personnalités étrangères remarquables dont les actions et les œuvres consonent avec les valeurs majeures qui nous unissent, la vocation universelle, par définition, de l'université, et son identification aux valeurs du savoir, de la création et du progrès, par-delà les frontières nationales.

Honorer de grandes figures scientifiques, intellectuelles, artistiques, politiques ou sociales, qui marquent leur temps par leurs œuvres scientifiques, par leurs créations artistiques, littéraires, par leurs actions et leurs engagements hors du commun en faveur de la liberté, de la justice et de l'égalité, honore en retour l'université qui les décerne, et à travers elle son pays.

Lors de la cérémonie du 27 septembre, j’avais remis le titre de docteur Honoris Causa de l’Université Paris Nanterre à Mesdames Siri Hustvedt, écrivaine américaine, et Alejandra Ancheita Pagaza, juriste et militante pour les droits humains mexicaine, et à Messieurs Kirill Serebrennikov, metteur et scène de théâtre et réalisateur de cinéma russe, et Raí Souza Vieira de Olivieira, ancien footballeur et fondateur de la Fondation Gol de Letra, brésilien.
Cette cérémonie du 17 janvier 2020 en est le complément, et, je pense pouvoir dire, le couronnement. Elle nous amènera à honorer deux personnalités exceptionnelles, S.E.M Abdulqawi Yusuf, éminent juriste de nationalité somalienne, président de la Cour Internationale de Justice, et le professeur Amartya Sen, professeur à l’université de Harvard, prix Nobel d’économie en 1998, de nationalité indienne.
L'acceptation de cette distinction par vous nous remplit de gratitude : vous ferez bientôt partie de notre communauté universitaire, et nous en sommes tout particulièrement honorés !

Les éloges qui suivront seront l’occasion de dire, du point de notre université, de notre communauté d’enseignement et de recherche, ce que vous représentez à nos yeux.
Ce que je me contenterai de dire de façon liminaire est que pour l'Université Paris Nanterre, dont l’histoire est liée à nombre d’enjeux politiques, sociaux, théoriques contemporains, qui a été et est traversée par ces enjeux, et qui contribue à les alimenter, par ses enseignants et chercheurs, par ses alumni, par son campus lui-même et ce qui a pu s’y dérouler, vous êtes des figures dans lesquelles nous nous reconnaissons, vous portez, par vos fonctions, vos actions, vos productions, des problématiques essentielles, de justice internationale, de justice sociale, de promotion de la paix et du progrès. Et il est très important que nous puissions vous l’exprimer, et l’exprimer publiquement, comme un message fort, dans une cérémonie par définition internationale, qui célèbre une forme de citoyenneté du monde.


J'ajouterai deux choses pour clore cette ouverture, concernant la préparation de cette cérémonie honoris causa.
Je voudrais tout d'abord remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui oeuvrent depuis des mois en vue de la bonne réalisation de cet événement, depuis le cabinet et l'équipe présidentielle jusqu'à l’ensemble des services mobilisés, pour la logistique, l'accueil, la sécurité, la communication.
Je souhaite ensuite souligner le fait que les personnalités distinguées aujourd'hui, comme celles qui l’avaient été en septembre dernier, l'ont été au terme d'une consultation de la communauté universitaire conduites à travers leurs composantes (UFR, instituts, écoles doctorales). C'est l'occasion pour moi de remercier une nouvelle fois leurs directrices et directeurs pour nous avoir accompagné dans cette démarche. C'est l'occasion enfin de saluer notre communauté universitaire, et de la remercier pour le choix remarquable des docteurs honoris causa qu'elle a permis de faire émerger.

Je vous souhaite, Mesdames et Messieurs, une excellente cérémonie des doctorats honoris causa de l'université Paris Nanterre. Je vous remercie de votre attention.

Jean-François Balaudé



Mis à jour le 10 février 2020