Cérémonie doctorats Honoris Causa 2019

Discours d'ouverture du président de l'université

Publié le 1 octobre 2019 Mis à jour le 1 octobre 2019
Monsieur l'ambassadeur,
Monsieur le président,
Chères et chers VP, chères et chers directeurs, collègues,
chers et chers invités,
et bien sûr chères et chers récipiendaires,

Avant toute chose, je vous souhaite la bienvenue à l'Université Paris Nanterre, et plus précisément dans ce théâtre BMK entièrement rénové, pour l'événement exceptionnel qui nous réunit cet après-midi !

Le plaisir est immense pour moi d'ouvrir cette cérémonie des doctorats honoris causa 2019, la neuvième de l'histoire de l'Université Paris Nanterre, et la deuxième sous les mandats de président que j'accomplis !

La cérémonie de remise des doctorats honoris causa réunit la communauté universitaire et ses amis dans un rite ancien, toujours pratiqué dans la plupart des universités, pour une raison que je pense, que j'espère, être la principale : celle de marquer, à travers la distinction par ces doctorats honorifiques de personnalités étrangères remarquables dont les actions et les œuvres consonent avec les valeurs majeures qui nous unissent, la vocation universelle, par définition, de l'université, et son identification aux valeurs du savoir, de la création et du progrès, par-delà les frontières nationales.

Honorer de grandes figures scientifiques, intellectuelles, artistiques, politiques ou sociales, qui marquent leur temps par leurs œuvres scientifiques, par leurs créations artistiques, littéraires, par leurs actions et leurs engagements hors du commun en faveur de la liberté, de la justice et de l'égalité, honore en retour l'université qui les décerne, et à travers elle son pays. L'acceptation de cette distinction par vous, chères et chers bientôt docteurs honoris causa de l'Université Paris Nanterre, nous remplit de gratitude : vous ferez bientôt partie de notre communauté universitaire, et nous en sommes très fiers !

Le message adressé à travers les doctorats honoris causa est d'une institution vers des individus, mais encore d'une communauté universitaire vers une communauté d'acteurs, car les lauréats sont eux-même liés à des collectifs, à des équipes de collaborateurs, à des citoyens militants, à des acteurs de terrain, à des lecteurs, à des spectateurs. Et au total, c'est une nation – en l'occurrence la France – qui à travers l'une de ses universités s'adresse aujourd'hui à d'autres nations - en cette cérémonie, le Mexique, la Russie, les Etats-Unis, le Brésil -, afin de leur exprimer sa reconnaissance envers leurs concitoyens distingués, distingués parce qu'ils illustrent ces valeurs universelles de liberté de penser, de créer, de critiquer, de préoccupation de justice et de solidarité, et afin de leur exprimer la conviction que ces valeurs-là sont forcément nos valeurs communes, les seules valeurs qui vaillent, celles qui grandissent l'homme et les sociétés humaines, pour lesquelles tant de femmes et d'hommes se sont battus et continuent de se battre. Ainsi, au sens le plus littéral et le plus fort, cette cérémonie est internationale, elle célèbre une forme de citoyenneté du monde.

J'ai parlé de combat pour les valeurs. Oui, aujourd'hui, nous nous apprêtons à honorer des figures de combat, au sens spirituel, artistique, politique du terme. Leur vie se caractérise, dans des cadres divers et avec des instruments d'expression et d'action divers, par des prises de risque, y compris personnelles, par des audaces, des engagements puissants, par la capacité d'inventer et de créer : que ce soit des structures pour agir (ONG, Fondation), des œuvres littéraires ou artistiques, en situation. Pour l'Université Paris Nanterre, traversée dans son histoire par tous ces enjeux, politiques, sociaux, théoriques, esthétiques, qui tire sa notoriété de nombre de ses enseignants, de ses alumni, de son campus et des événements qui l'ont animé, vous êtes à son image, ou pour le dire autrement nous reconnaissons en vous.

A cet égard, j'ajouterai deux choses pour terminer, concernant la préparation de cette cérémonie honoris causa.
Je voudrais tout d'abord remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui oeuvrent depuis des mois en vue de la bonne réalisation de cet événement, depuis le cabinet et l'équipe présidentielle jusqu'aux services mobilisés, pour la logistique, l'accueil, la sécurité, la communication.
Je souhaite ensuite souligner le fait que les personnalités distinguées aujourd'hui l'ont été au terme d'une consultation de la communauté universitaire conduites à travers leurs composantes (UFR, instituts, écoles doctorales). C'est l'occasion pour moi de remercier leurs directrices et directeurs pour nous avoir accompagné dans cette démarche, et de les remercier plus largement pour leur action et leur dévouement, à des places essentielles pour le bon fonctionnement de l'université. C'est l'occasion enfin de saluer notre communauté universitaire dont les parrains des docteurs seront cet après-midi les représentants sur scène, et de la remercier pour le choix remarquable des docteurs honoris causa qu'elle a permis de faire émerger.
Pour terminer, je salue nos futurs docteurs, ici présentes, Mesdames Alejandra Ancheita Pagaza et Siri Hustvedt, et je salue in absentia Messieurs Rai Souza Vieira de Oliveira et Kiril Serebrennikov, empêchés d'être présents physiquement cet après-midi pour des raisons différentes, mais bien malgré eux. Ils seront néanmoins avec nous par le biais de vidéos, mais aussi de leurs amis présents dans la salle, et seront symboliquement représentés par pour Rai, et par Olivier Py pour Kirill Serebrennikov.

Je vous souhaite, Mesdames et Messieurs, une excellente cérémonie des doctorats honoris causa de l'université Paris Nanterre. Je vous remercie de votre attention.

Jean-François Balaudé



Mis à jour le 01 octobre 2019