• Séminaire/Journée d'études,

Séminaire de l’axe « L’être humain en sciences humaines et sociales »

Publié le 11 février 2019 Mis à jour le 18 avril 2019
Date(s)

le 6 mai 2019

14h00
Lieu(x)
Bâtiment MAE (René Ginouvès)
Salle 2 du RDJ
Séminaire de l’axe « L’être humain en sciences humaines et sociales »
Perdre et/ou retrouver l'humain
2e séance

à la Maison Archéologie & Ethnologie (campus de Nanterre)
le lundi 6 mai 2019 à 14 h
Salle 1 du rez-de-jardin
  • Des invariants anthropologiques pour interpréter la diffusion des techniques passées et présentes
(Valentine Roux, Laboratoire Préhistoire et Technologie)
Pour interpréter des phénomènes comme la diffusion des techniques, les archéologues font appel à des référentiels construits au croisement de la psychologie expérimentale et de la sociologie. L’objectif est de comprendre comment sont générées des régularités à valeur d’invariants. Un cas d’étude sera détaillé, portant sur la diffusion du four dans le NO du Rajasthan.
  • L’unité de base de l’anthropologie
(Albert Piette, Université Paris Nanterre et Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative)
L’être humain est-il une constante de l’anthropologie ? Il pourrait être tenté de répondre positivement.
Cet exposé entend montrer que l’être humain n’est jamais vraiment entré en anthropologie et, en même temps, présenter quelques fondements théoriques, afin de prendre l’être humain, en tant qu’unité empirique, pour elle-même, et non en vue de comprendre des phénomènes sociaux et culturels. Elle serait ainsi l’anthropologicalité de l’anthropologie.

Coordonnateurs de l’axe « L’être humain en sciences humaines et sociales »
Henri Desbois (Lavue), Aurélie Montagne-Bôrras (USR 3225), Albert Piette (Lesc), Frédérique Valentin (ArScAn)

Mis à jour le 18 avril 2019