• Soutenance de thèse,

Soutenance de thèse – Séverine Denieul : "Casanova, instituteur de morale ? Science des moeurs et fiction de soi dans l'Histoire de ma vie"

Publié le 11 septembre 2017 Mis à jour le 12 septembre 2017
Date(s)

le 20 octobre 2017

14h00
Lieu(x)
Bâtiment B - salle B016 Paul Ricoeur
Université de Paris Nanterre

 

Casanova, instituteur de morale ?
Science des moeurs et fiction de soi dans l'Histoire de ma vie


le vendredi 20 octobre 2017 à 14h00, à l’Université Paris-Nanterre



Résumé


Cette thèse se propose d'étudier l'interaction existant entre connaissance de soi, des autres et du monde dans l'Histoire de ma vie de Casanova. Souvent considérée comme un immense « tableau de moeurs » de la société du dix-huitième siècle, on a pourtant peu évalué ses dimensions historiques, sociologiques et philosophiques. Or, elle constitue une étape intéressante dans l'histoire littéraire, tout en occupant une place à part : en effet, le Vénitien n'est ni un moraliste au sens classique du terme, ni un théoricien des moeurs comme Voltaire. Son oeuvre parvient pourtant peut-être mieux que ces deux modèles à rendre compte de la complexité du réel, et ce grâce à une « science des moeurs » (telle qu'elle a par exemple été théorisée par Charles Duclos dans ses Considérations sur les moeurs de ce siècle) qu'il expérimente non seulement sur lui-même, mais aussi sur autrui. Casanova entretient néanmoins l'ambiguïté sur ses intentions : faut-il prendre au sérieux cet « instituteur de morale » qui prétend livrer à ses lecteurs un « miroir magique » pour qu'ils puissent s'y mirer et, éventuellement, se corriger ? Il convient d'examiner comment se crée cet ethos de l'instituteur dans les écrits philosophiques critiques de Casanova (l'Essai de critique sur les sciences, sur les moeurs et sur les arts, notamment) et dans quelle mesure cette construction de soi peut s'appliquer à l'Histoire de ma vie. Ceci nous amène à un troisième niveau d'analyse : celui qui met en jeu les interactions entre les fictions de soi (et, au premier chef, les modèles romanesques) auxquelles Casanova fait appel pour rendre compte de la réalité dans ses Mémoires et la théorisation qu'il fait de sa propre expérience.

Mis à jour le 12 septembre 2017