• (Présidence) L'université vous informe,
  • Prix (autres),
  • Prix (recherche),

Résultats complets de la première vague du PIA3

Publié le 18 octobre 2017 Mis à jour le 10 novembre 2017

L’ensemble des résultats aux appels à projets universitaires de la première vague du PIA3 sont désormais connus.

Outre le projet NCU So Skilled, nous avons en effet la grande satisfaction d’être lauréats de l’appel à projets Ecoles Universitaires de Recherche, grâce au projet ArTec (Arts,Technologies,Digital Studies, Human Mediations and creation) déposé avec l'Université Paris 8 et plusieurs de nos associés dans le cadre du site Université Paris Lumières. Le niveau de concurrence était encore plus important pour les EUR que pour les NCU, puisque seuls 29 projets sur 195 déposés ont été retenus. J’ajoute que 8 de ces 29 lauréats relèvent des SHS au sens englobant du terme. Cette double proportion ajoute une saveur supplémentaire à ce succès que l’on peut de fait considérer comme très significatif.

De surcroît, notre université est co-lauréate d’un second projet EUR dénommé REDPOP (Graduate School Network in Demography and Population sciences), déposé par l’Université Paris 1, et fruit en particulier d’une collaboration avec l’INED et l'Université Paris Nanterre, ainsi qu’avec les Universités de Strasbourg et de Bordeaux.

Je profite de ce message pour préciser que nous sommes également co-lauréats d’un second projet NCU, intitulé ECRI+, déposé par l’université de Strasbourg, au nom de l’université numérique thématique Université Ouverte des Humanités (UOH), et dont nous sommes l’une des universités partenaires. Ce projet vise à favoriser la réussite des étudiants en améliorant leurs compétences en expression et compréhension écrites du français.

Un NCU en propre et une EUR en propre, un NCU et une EUR en réseau : le bilan de la première vague du PIA3 est largement probant pour notre université et pour la COMUE Université Paris Lumières. Il démontre encore une fois la pertinence scientifique du choix que nous avons fait de collaborer avec l’université Paris 8 et le CNRS dans le cadre d’une COMUE confédérale, qui nous permet également de bénéficier de l’implication de nombreux établissements associés.

Nous savons aussi à présent, après quelques incertitudes, qu’il y aura une deuxième vague d’appels à projets aussi bien pour les NCU que pour les EUR. Cela nous donne la perspective de représenter les projets qui n’ont pas été retenus, le projet L3A : Licences des possibles pour les NCU, les projets Fabriques du passé. Savoirs et pratiques (FabPast) et Ecole EURopéenne Espace et Justice (Eureej) pour les EUR, voire d’en présenter un nouveau.

J’espère que le succès sera alors à nouveau à la clé, mais quoi qu’il en soit, je tiens à exprimer à l’ensemble des équipes, des personnels enseignants et administratifs qui ont œuvré pour la constitution et le dépôt de ces projets, tant ceux qui ont été retenus que ceux qui ne l’ont pas été, ma sincère reconnaissance. Ils sont tous de belle qualité, et si je me réjouis du succès des premiers, j’exhorte les promoteurs des seconds à garder confiance dans la qualité de leurs dossiers, que nous les aiderons à présenter encore améliorés.

Il résulte des succès immédiats un financement de projets de formation et de recherche innovants sur les niveaux licence, master et doctorat, qui vont nous permettre de frayer de nouvelles voies, à la façon dont Nanterre a déjà su le faire dans le passé. Ce que nous avons imaginé là, et tout ce que nous allons continuer de travailler ensemble, se traduira dans notre future offre de formation LMD4, et dans notre futur projet stratégique de recherche. Tel est le bel enjeu qui nous attend collectivement dans l’année qui vient, et qui va nous amener à dessiner les contours du projet de l’établissement pour les dix ans à venir.

Jean-François Balaudé
Président de l'Université Paris Nanterre

Mis à jour le 10 novembre 2017