• Manifestations scientifiques,

Les 34èmes Journées Internationales d’Economie Monétaire, Bancaire et Financière

Publié le 14 mars 2017 Mis à jour le 21 avril 2017

Les 34èmes Journées Internationales d’Economie Monétaire, Bancaire et Financière, colloque annuel du G.D.R. Européen « Monnaie, Banque, Finance », auront lieu les mercredi 5 et jeudi 7 juillet 2017 à l’université Paris Nanterre et au laboratoire ECONOMIX. Avec 90 à 130 participants attendus pour une centaine de communications, il s'agit de la plus importante manifestation, par la taille, dans le domaine de l'économie monétaire, bancaire et financière en France en 2017.

Date(s)

du 5 juillet 2017 au 7 juillet 2017

Les 34èmes Journées Internationales d’Economie Monétaire, Bancaire et Financière


Le GDRE « Monnaie Banque Finance », partenaire du Labex ReFi, est l'entité fédérant l'ensemble des recherches menées en sciences économiques monétaires et financières en France. Il coordonne un réseau de recherche depuis 2006 des universités françaises au Money, Macro and Finance Research Group du Royaume-Uni. Les derniers colloques annuels organisés en France ont eu pour siège Clermont-Ferrand (2016), Nice (2015), Lyon (2014), Poitiers (2013), Nantes (2012), Bordeaux (2010), Orléans (2009), Rennes (2007) ou Lille (2006). La dimension internationale des Journées s’est aussi traduite, à plusieurs reprises, par leur organisation à l’étranger : Lisbonne (2000), Birmingham (2003), Luxembourg (2008) ou Reading (2011).

Plus d’information disponible sur les sites :

http://gdre.leo-univ-orleans.fr/ (site du GDRE monnaie banque finance)

https://gdrnanterre2017.sciencesconf.org/?lang=en (site de la conférence 2017).

Avec 90 à 130 participants attendus pour une centaine de communications, il s'agit de la plus importante manifestation, par la taille, dans le domaine de l'économie monétaire, bancaire et financière en France en 2017.

Le colloque s'adresse à un public d'universitaires et de chercheurs appartenant à des institutions financières (Banques Centrales nationales, Banque Centrale Européenne, banques du secteur privé). Environ 30% des communications sont présentées par des chercheurs étrangers provenant de pays européens et de pays tiers. Environ un tiers des présentations sont faites par des doctorants.

Enjeux scientifiques et thématiques du colloque 2016:

L’objectif des 34e Journées d’Economie Monétaire et Financière est de réunir à l'Université Paris Nanterre les meilleurs spécialistes français et européens d’économie monétaire, bancaire et financière. Parmi les questions qui seront abordées cette année :

1. Que peut-on attendre à long terme des politiques monétaires non conventionnelles ? Quels risques font-elles porter à la stabilité financière des économies ? Sont-elles les sources de nouvelles bulles financières ? La question de l’efficacité des politiques monétaires non-conventionnelles, de leur coordination, de la sortie du quantitative easing est un sujet d’actualité. Le contexte de dé-corrélation des économies mondiales dans un cadre de mise en place de politiques monétaires non-conventionnelles, les difficultés d’une mise en œuvre homogène d’une meilleure régulation prudentielle sur le plan bancaire, les perspectives et les risques offerts par une concurrence accrue au sein et entre les places financières seront des sujets importants.

2. Les sessions parallèles concernant la régulation financière seront mentionnées en collaboration avec le labex ReFi. En cas de sortie de ces politiques non conventionnelles, un nombre importants de contributions sont attendues concernant les politiques macro-prudentielles à mettre en œuvre et leur coordination avec la politique monétaire. La nature nouvelle et l’ampleur des risques bancaires et financiers révélés par les crises bancaires et financières conduit à privilégier l’examen des politiques monétaires susceptibles, en même temps qu’elles favorisent la croissance, de prévenir de nouvelles crises liées à ces nouveaux risques.

3. Dans le domaine de la micro-économétrie sur données de bilans bancaires, des contributions sont attendues concernant les comportements des banques avant et durant la crise : prise de risque sur les marchés de la dette, rentabilité, gestion du risque de liquidité, etc.


Comité scientifique :
  • Direction du comité scientifique en charge du programme de la conférence 
  • Jean-Bernard CHATELAIN (Paris-Jourdan Sciences Economiques, Université Paris I Panthéon Sorbonne, membre du Labex ReFi, co-directeur du GDRE monnaie banque finance, membre senior de l’Institut Universitaire de France (IUF)).
  • Alexis DIRER (LEO, Université d’Orléans, co-directeur du GDRE monnaie banque finance)
  • Christophe BOUCHER (ECONOMIX, université Paris Nanterre)
  • Michel BOUTILLIER (ECONOMIX, université Paris Nanterre)
  • Christophe MOUSSU, ESCP-Europe, co-directeur académique, Labex ReFi
  • Pierre-Charles PRADIER, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, co-directeur académique, Labex ReFi, centre d’économie de la Sorbonne.
Membres :
Au titre de l’axe finance et société du Labex ReFi :
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Economie de la Sorbonne

Autres membres :
  • Raphaëlle BELLANDO (Université d’Orléans, LEO)
  • André CARTAPANIS (IEP Aix-Marseille, GREDEG Nice)
  • Jean CARTELIER (Université Paris Nanterre, EconomiX)
  • Jagjit CHADHA (University of Kent), Chair of the Money Macro Finance Research Group
  • Panicos DEMETRIADES (University of Leicester)
  • Eric GIRARDIN (Université Aix-Marseille 2, GREQAM)
  • Laetitia LEPETIT (Université de Limoges)
  • Florence HUART (Université de Lille)
  • Pierre Guillaume MEON (Université Libre de Bruxelles)
  • Marcello MESSORI (Université de Rome, Tor Vergata)
  • Valérie MIGNON (Université Paris Nanterre, EconomiX).
  • Paul MIZEN (University of Nottingham)
  • Andy MULLINEUX (University of Birmingham)
  • Antoine PARENT (IEP Lyon, LET)
  • Jean-Paul POLLIN (Université d’Orléans)
  • Jean-Christophe POUTINEAU (Université de Rennes)
  • Georges PRAT (CNRS, EconomiX)
  • Kirsten RALF (ESCE-CIRCEE, Paris)
  • Reinhardt SCHMIDT (Université de Francfort)
  • Dominique TORRE (Université Nice Sophia Antipolis, GREDEG)
  • Laurent WEILL (Université de Strasbourg)

Mis à jour le 21 avril 2017