• Colloques,
  • Vie de l'université,
  • <Libellé inconnu>,
  • Vie étudiante,

Journée d'étude Dans l'atelier de Marc Ferro

Publié le 20 février 2017 Mis à jour le 27 février 2017

Organisée en hommage à Marc Ferro, avec qui la BDIC entretient depuis les années 1950 une relation privilégiée, cette journée reviendra sur un long compagnonnage fécond pour l'histoire contemporaine.

Date(s)

le 7 mars 2017

De 9h30 à 17h00
Lieu(x)
Université Paris Nanterre
200 avenue de la République, 92000 Nanterre
Bâtiment Max Weber, auditorium
La journée d'étude sera divisée en trois temps :
- Interpréter la révolution russe par l’image
- Dans l’atelier de l’historien.Marc Ferro face aux sources de la BDIC
- Au croisement de l’histoire et des sciences sociales : retour sur des expériences singulières d’archives audiovisuelles.

On connaît les travaux fondateurs de Marc Ferro sur la Révolution russe, on connaît sans doute moins les liens tissés avec la BDIC à cette occasion. C’est à partir des conseils du service slave de l’établissement implanté alors rue Auguste Vacquerie (avant que la BDIC ne rejoigne le campus de Nanterre en 1970) que l’historien prépare sa thèse qui sera publiée en 1976. Il noue ainsi des contacts en Russie qui lui permettront d’exploiter des sources inédites, telles que les télégrammes reçus par les soviets et les archives filmées. Il en tire une lecture nouvelle des événements de février et d’octobre 1917, à distance des interprétations qui prévalent alors. L’accueil rencontré à Paris puis Nanterre, lui vaut d’entretenir une relation forte avec la BDIC, à laquelle il prodigue en retour, plus tard, ses conseils pour développer un secteur audiovisuel important, constitué non seulement de documentaires mais aussi d’archives collectées auprès des producteurs (rushes) ou produites avec la communauté scientifique (archives orales).

Marc Ferro s’intéresse à d’autres thèmes forts de la BDIC : la Seconde Guerre mondiale ou encore la guerre d’Algérie. Il réalise également avec la BDIC trois longs entretiens de 2002 à 2007. Il participe aux expositions organisées en 1987 et 1991 par la BDIC sur la Russie contemporaine, de 1917 à la Perestroïka.

Marc Ferro a publié plusieurs témoignages sur son parcours d’historien. Tout a-t-il été dit? Peut-être pas. Sous cet angle particulier de la rencontre d’un historien avec des archivistes à l’affût de tout ce qui peut constituer de nouvelles sources dans une documentation, il semble opportun de revenir sur ce long compagnonnage avec une bibliothèque peu ordinaire, du fait de ses liens à l’international autant que de la nature composite de ses fonds, qui la place dans une relation privilégiée avec les historiens du temps présent. C’est dans cette perspective que s’inscrit la journée d’hommage, en amont de l’exposition commémorative du centenaire de la révolution russe.

Mis à jour le 27 février 2017